• Critique: Vice

    Vice de Adam McKay avec Christian Bale, Amy Adams, Steve Carell, Sam Rockwell, Bill Pullman, Alison Pill, Lily Rabe 
    Biopic, Etats-Unis, 132', sortie le 27/02/2019, distribué par eOne

    Affiche Vice

    L'histoire: Fin connaisseur des arcanes de la politique américaine, Dick Cheney a réussi, sans faire de bruit, à se faire élire vice-président aux côtés de George W. Bush. Devenu l'homme le plus puissant du pays, il a largement contribué à imposer un nouvel ordre mondial dont on sent encore les conséquences aujourd'hui…

    La critique: Si je vous demande de me citer un Président des Etats-Unis, vous n'aurez aucun problème à le faire, par contre, si je vous demande de me citer un Vice-président, vous serez sans doute beaucoup de mal à le faire. Le Vice-président est vraiment dans l'ombre du Président. Bon, en cas de décès ou de démission, d'incapacité ou de destitution du Président, c'est le successeur désigné mais c'est plutôt l'attente qui caractérise sa fonction, il a tout de même un petit pouvoir, celui de présider le Sénat. Ici, un petit point d'histoire, savez-vous qu'au début des Etats-Unis, le Vice-président était le candidat arrivé second aux élections présidentielles, bizarre non !
    Tenir le spectateur en haleine pendant plus de deux heures avec un personnage sans intérêt, inconnu, laid, vil, menteur, cardiaque, ... tient de l'exploit. C'est la  performance du réalisateur, Adam McKay, associée à la prestation époustouflante du personnage par Christian Bale, méconnaissable, il a grossi de 20 kilos pour le film.
    C'est inventif, drôle, sarcastique, outrancier, intelligent, un film à charge, un brûlot mené de main de maître. C'est démonstratif et pédagogique, à la façon d'un Michael Moore abandonnant le documentaire pour de la fiction mais en évitant la lourdeur et le parti-pris trop subjectif par des trouvailles cinématographiques. On rit à cette fausse scène de dialogue entre les deux époux dans leur lit reprenant des tirades de Shakespeare, au faux générique de fin au milieu de film, il y en a trop pour les citer toutes et il faut vous laisser la surprise sinon ça sert à quoi que vous aillez voir le film.
    Bref, c'est jouissif, c'est énorme mais cela nous fait prendre conscience de l'incroyable ascension d'un homme dans les sphères du pouvoir américain n'ayant reculé devant aucune manipulation pour parvenir à ses fins et qui, par son action malhonnête, a modifié le cours de l'histoire et provoqué un chaos dont nous ne sommes pas prêt de voir la fin !

    « Critique: Marie Stuart, Reine d'EcosseCritique: Jusqu'ici tout va bien »

    Tags Tags : , , , , , , , ,