• Le Top 10 de 2019

    Tout d’abord, je vous souhaite une excellente année 2020 pleine de bons films. Mais avant, revenons à 2019, quels sont les dix films que 6néma a le plus apprécié ?
    Dans ce classement, il y a trois continents et sept pays.

    Top 10

     

    10 – "Queen of Hearts" de May el-Toukhy (Danemark)

    C’est un thriller intense, dramatique et aussi un long métrage sur le pouvoir d’attraction entre deux êtres et le pouvoir tout court.
    Il y a aussi une intrigue bien ficelée, une atmosphère dérangeante bien mise en scène par May el-Toukhi dont c’est le deuxième long métrage.

    9 – "Rocketman" de Dexter Fletcher (Grande-Bretagne)

    "Rocketman" est un portrait magistral, avec beaucoup de paillettes et de feux d’artifice, présentant Elton John sous un jour bien plus complexe que sa notoriété ne nous le laissait supposer.

    8 – "Grâce à Dieu" de François Ozon (France)

    C’est un film remarquable, juste, évitant les écueils sur un sujet délicat. On entend surtout le silence assourdissant de la hiérarchie catholique ayant couvert des agissements pédophiles.
    « Grâce à Dieu » ne laisse pas indifférent !

    7 – "Portrait de la jeune fille en feu" de Céline Sciamma (France)

    "Portrait de la jeune fille en feu"cest intelligent et sensible. L’histoire d’amour entre les deux femmes est un beau récit initiatique, une éducation sentimentale et sensuelle. Il est aussi question de solidarité féminine et plus largement de la condition féminine au 18ème siècle, dans la campagne, dans la sphère artistique. Céline Sciamma réussit donc un tableau à la fois intime et social.

    6 – "Border" de Ali Abbasi (Suède)

    C'est un film étrange et fascinant. Nous sommes emmenés ailleurs. Au fil du film, le scénario démonte un à un tous les clichés attendus pour nous proposer un récit troublant, intense et profond.

    5 – "Vice" de Adam McKay (États-Unis)

    Tenir le spectateur en haleine pendant plus de deux heures avec un personnage sans intérêt, inconnu, laid, vil, menteur, cardiaque, … tient de l’exploit. C’est la  performance du réalisateur, Adam McKay, associée à la prestation époustouflante du personnage par Christian Bale, méconnaissable.
    C’est inventif, drôle, sarcastique, outrancier, intelligent, un film à charge, un brûlot mené de main de maître.

    4 – "La Favorite" de Yorgos Lanthimos (États-Unis)

    Le film de Yorgos Lanthimos se distingue avant tout grâce à son style, sa mise en scène ainsi que par la qualité de ses dialogues, quelquefois très crus, et une sacrée dose d’humour. En plus de toutes les qualités citées plus avant, c’est aussi une satire mordante sur la médiocrité humaine, la cupidité, la soif de pouvoir et l’envie de gravir l’échelle sociale à n’importe quel prix pour les uns ou de tenir son rang et ses privilèges pour les autres.

    3 – "Hors Normes" de Éric Toledano et Olivier Nakache (France)

    "Hors Normes" est un intéressant mélange d’humour et de drame. Une réflexion sur la société faisant sourire de manière différente. Une nouvelle approche de la part d’Éric Toledano et Olivier Nakache globalement réussie tout en apportant de la bonté et un regard sur un sujet dur. Traité souvent, au cinéma, d’une manière condescendante.

    2 – "Werk Ohne Autor" de Florian Henckel von Donnersmarck  (Allemagne)

    C’est un film sur l’Allemagne, plus exactement trois Allemagne: l’Allemagne nazie, l’Allemagne de l’Est et l’Allemagne de l’Ouest. Trois moments faisant de l’Allemagne un pays particulier.
    C’est aussi un film sur la création, comment l’artiste arrive à surmonter ses doutes, ses peurs pour arriver à créer une oeuvre.

    1 – "Parasite" de Bong Joon-Ho (Corée du Sud)

    Avec "Parasite", Bong Joon-Ho nous assène une énorme claque, une véritable symphonie tutoyant à chaque instant la perfection. Dit plus succinctement, c’est un chef d’oeuvre.
    Tous les acteurs et actrices jouent juste, il n’y a pas une seule fausse note. Il y a également une belle mise en scène, de celles dont on se souvient longtemps ainsi qu’une utilisation géniale des décors.

    « Critique : Gloria Mundi Grand Prix UCC 2020 : "Werk Ohne Autor" vainqueur »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,