• Par Michel Decoux-Derycke - Matthieu Frances est un réalisateur belge. Diplômé de l'IAD en 2004, il crée la société de production, Playtime Films, avec deux autres réalisateurs belges. Il a produit et coproduit plusieurs longs métrages documentaires ainsi que des courts métrages de fiction. Actuellement, il travaille à l'écriture et la réalisation d'un projet de série de fiction, "Ennemi Public", projet sélectionné par la RTBF et la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Lire la suite...


  • Monsieur Etrimo de Matthieu Frances et David Deroy, documentaire

    Lire la suite...


  • Par Michel Decoux-Derycke - Tahar Rahim débute, en 2005, dans le docu-fiction "Tahar l'étudiant" de Cyril Mennegum. Quatre ans plus tard, Jacques Audiard lui donne son premier grand rôle dans "Un prophète" qui lui vaut de réaliser un doublé: César du Meilleur acteur et du Meilleur espoir masculin. Il remporte aussi l'European Film Award du Meilleur acteur, le Prix Lumière ainsi que le Prix Patrick Dewaere. Par après, il joue dans des films d'Ismael Ferroukhi, de Jean-Jacques Annaud, de Joachim Lafosse, d'Ashgar Farhadi, de Rebecca Zlotowski ou encore de Julien Leclercq.
    C'est à Bruxelles que j'ai rencontré Tahar Rahim. Entretien avec un acteur pétillant, amusant avec une joie de vivre communicative.

    Lire la suite...


  • Par Michel Decoux-Derycke - Le parcours cinématographique d'Olivier Nakache est indissociable de celui d'Eric Toledano. Depuis 1995, tous deux ont écrit et réalisé, tout d'abord quatre courts métrages ensuite cinq longs métrages. En 2002, leur premier long: "Je préfère qu'on reste amis" réunit une belle brochette de comédiens, notamment Gérard Depardieu, Jean-Paul Rouve, Annie Girardot, Isabelle Renauld et Valérie Benguigui. C'est en 2011, avec leur quatrième film "Intouchables", qu'ils touchent le Graal. Près de vingt millions de spectateurs en France, près de dix millions en Allemagne, plus d'un million en Belgique, au total plus de cinquante millions d'entrées dans le monde. Le film est récompensé au Japon, en Espagne ainsi qu'aux Etats-Unis et est nominé aux César, aux Golden Globe et aux BAFTA. 
    Je l'ai rencontré à Bruxelles sans Eric Toledano, les deux compères s'étant partagé le travail auprès des journalistes.

    Lire la suite...


  • Samba de Olivier Nakache et Eric Toledano avec Omar Sy, Charlotte Gainsbourg, Izia Higelin, Tahar Rahim, Jules Abel Logel, Yilin Yang, Hélène Vincent

    Lire la suite...


  • The Loft de Erik Van Looy avec Wentworth Miller, James Marsden, Matthias Schoenaerts, Karl Urban, Isabel Lucas, Eric Stonestreet, Rhona Mitra

    Lire la suite...


  • Le Goût des myrtilles de Thomas De Thier avec Michel Piccoli, Natasha Parry, Arno

    Lire la suite...


  • Les Enfants Terribles: Festival des Premiers Films Européens débute ce jeudi 16 octobre pour se terminer le dimanche 19 octobre. Ce sera la deuxième édition et il aura lieu au Centre culturel de Huy. 
    Les Enfants terribles a, comme objectif principal, la diffusion et la promotion de premières oeuvres issues de toute l’Europe culturelle, qu’il s’agisse de courts ou de longs métrages. Attentif à toutes les écritures et images singulières, le festival s’adresse à tous les publics curieux.

    Affiche Les Enfants Terribles 2014

    Lire la suite...


  • La 41ème édition du Film Fest Gand commence ce 14 octobre et s'achève le 25 octobre. Le cinéma français est à l'honneur. Selon les organisateurs, nos voisins ont la cinématographie la plus riche et la plus variée d'Europe. Une autre raison de braquer les projecteurs sur le cinéma français est liée à la situation en Belgique. Autrefois, le cinéma français était aussi réputé en Flandre que les films américains. Ces dernières décennies, les films français ne font que reculer au box-office, une évolution due à différents facteurs. En mettant les films français à l’honneur lors du Film Fest Gent, les organisateurs espérent contribuer à la promotion et à la revalorisation du cinéma français.

    Affiche Gand 2014

    Lire la suite...


  • Deux films ont remporté chacun trois prix : "Timbuktu" et "Mommy". Dès l'annonce de la sélection officielle, cela sonnait comme une évidence, tous deux allaient truster les récompenses. Pourquoi, dès lors, ne pas avoir pensé à les mettre hors compétition afin de laisser une chance aux autres films ? Cela aurait été judicieux.

    Lire la suite...